Une multinationale de l’huile de palme malaisienne attaque un label de durabilité suisse

Le IOI Group malaisien, un de premiers producteurs d’huile de palme au monde, a perdu sa certification en matière de durabilité. Aujourd’hui, il attaque la Table ronde pour l’huile de palme durable (RSPO) à Zurich.

(Zurich, Suisse) Le groupe d’huile de palme malais IOI Group intente une action à Zurich contre la Table ronde sur l’huile de palme durable (RSPO), une association selon le droit suisse initiée par le WWF, dont le siège opérationnel est basé à Kuala Lumpur. C’est ce que communique le quotidien The Guardian dans son édition du lundi. Par sa plainte, IOI se défend contre le retrait du label de durabilité RSPO, retrait motivé par les infractions systématiques aux dispositions du label.

Durant de nombreuses années, IOI Group a détruit des forêts tropicales humides de grande valeur pour ériger des plantations de palmistes et ignoré les prétentions territoriales des populations indigènes. En mars dernier, la RSPO décidait, suite à une procédure qui s’est étendue sur plusieurs années, de retirer le label de durabilité à cet ancien membre fondateur de l’association.

Le retrait de la certification RSPO a eu d’importantes répercussions pour IOI: des clients comme Mars, Kellogs, Unilever ou Nestlé ont alors dénoncé leur partenariat avec l‘entreprise. Les pertes tant en termes économiques et que de réputation pour IOI ont donc vraisemblablement motivé le groupe d’huile de palme à déposer sa plainte contre l’association suisse RSPO pour retrait illégitime du certificat.

L’entreprise malaisienne IOI est connue depuis longtemps des organisations environnementales. Il y a 6 ans déjà, le Bruno Manser Fonds et d’autres ONG rendaient attentifs aux pratiques de IOI Group et avaient persuadé Migros de ne plus s’approvisionner en huile de palme auprès de ce fournisseur. Quant à savoir pourquoi la RSPO a eu besoin de 6 années pour retirer le certificat à IOI, cela reste peu clair et dénote des faiblesses du label le plus connu pour l’huile de palme.

En ce moment, le gouvernement suisse négocie avec la Malaisie pour la mise en place d’un accord de libre-échange qui engloberait l’huile de palme. Le cas IOI montre que l’économie malaisienne de l’huile de palme n’est pas intéressée au respect des standards environnementaux. Le Bruno Manser Fonds exige par conséquent d’exclure l’huile de palme de l’accord de libre-échange en planification.

Pétition du Bruno Manser Fonds: www.pro-foret-pluviale.ch

Article du Guardian du 9.5.2016:
http://www.theguardian.com/environment/2016/may/09/top-palm-oil-producer-sues-green-group-over-deforestation-allegations?CMP=twt_a-environment_b-gdneco

retour
by moxi