Des forêts, pas de l’huile de palme!

La Suisse mène actuellement des négociations en vue d’un accord de libre-échange avec la Malaisie. Selon les indications du Conseil fédéral, l’huile de palme constitue le point de négociation qui «présente la plus grande sensibilité». 

On sait que la production d’huile de palme se fait le plus souvent au prix de la destruction des forêts tropicales humides et de la violation des droits des autochtones. Une suppression des droits de douane sur cette matière grasse dans le cadre d’un accord de libre-échange renforcerait encore la problématique - non seulement en Malaisie, mais aussi pour les cultivateurs de colza en Suisse.

La Malaisie est en outre un partenaire d’affaires douteux: à ce jour, l’État s’est refusé de ratifier les pactes relatifs aux droits de l’homme ou de faire avancer les normes de travails essentielles. Outre les dispositions requises par le Parlement sur les standards de travail et d’environnement, cela devrait constituer une condition évidente pour un accord de libre-échange!

Nous demandons donc au Conseil fédéral:

1. d’exclure l’huile de palme de l’accord de libre-échange avec la Malaisie;
2. un accord ne devrait pouvoir être conclu qu’à partir du moment où la Malaisie aura signé les pactes sur les droits de l’homme de l’ONU et reconnu les normes de travail centrales de l’Organisation internationale du travail (OIT) réclamés par le Parlement suisse.

Donnez du poids à notre voix et signez la pétition!

 



by moxi